Missions

Les trois principales missions aujourd’hui assumées par le Centre archéologique sont la conservation et le traitement des collections de mobilier, la recherche scientifique portant sur le site celtique et gallo-romain de Ribemont-sur-Ancre et la médiation – valorisation archéologique auprès de tous les publics. Une équipe de 5 agents départementaux travaille au quotidien dans la structure.

Conservation

Inscrite dans l’activité du Centre de conservation et d’étude, la préservation des collections hébergées représente la mission première de l’établissement. Du terrain ou dépôt provisoire à l’étagère de stockage ou vitrine d’exposition, le Centre est en mesure de prendre en charge l’ensemble des étapes de traitement des objets et couvre ainsi la totalité des besoins préventifs et une grande partie des besoins curatifs. Qu’il s’agisse de la collection principale de Ribemont-sur-Ancre ou des collections départementales déposées par l’Etat, le suivi quotidien est assuré par une gestionnaire des collections qui est chargée de gérer l’entrée du mobilier, son conditionnement, son référencement, son rangement, sa conservation, ses mouvements et sa mise à disposition auprès des chercheurs venant consulter le matériel sur place.
Lapidaire
 Lorsqu’elles sont versées au dépôt, les collections extérieures sont vérifiées (inventaire, état de conservation et conditionnement). Pour un versement correct,  les objets doivent être nettoyés, rangés  par matériau, inventoriés et le matériel métallique stabilisé (processus anti-corrosion). Une documentation résumant le parcours et l’état de conservation des objets est indispensable. Ainsi, le gestionnaire peut aiguiller la collection directement vers les salles de stockage climatisées (céramique, ossements, métal, enduits peints et lapidaire) ou vers les laboratoires de traitement pour les objets fragiles.

Les différentes parties de la collection du site de Ribemont-sur-Ancre, dès leur entrée au dépôt, sont soumises quant à elles à toutes les étapes de traitement « post-fouilles » : tri, lavage-séchage, marquage, photographie, inventaire, étude et rapport. Les objets fragiles sont immédiatement traités de façon adéquate selon le matériau.

Pour les métaux ferreux notamment, un procédé de stabilisation permet de stopper le développement de la corrosion (immersion des objets dans des bains de sulfites alcalins durant plusieurs mois pour en extraire les chlorures). Ce travail spécifique est pris en charge par une restauratrice, qui gère l’ensemble des actions curatives sur le mobilier conservé, notamment sur la céramique et plus particulièrement sur le métal.

La gestionnaire enregistre la totalité du mobilier et de la documentation sur bases de données.

Recherche scientifique

Conçu pour accueillir des chercheurs de tous horizons venant exploiter les collections conservées pour leurs travaux d’étude,  le Centre intègre également un collectif de recherche travaillant sur le complexe celtique et gallo-romain de Ribemont-sur-Ancre. Site exceptionnel par son étendue en surface, la nature de ses structures et sa densité de mobilier, les très nombreuses données matérielles et documentaires collectées lors des près de 40 années de fouilles sont conservées et étudiées au sein du Centre, sous la coordination d’un directeur scientifique, spécialisé en protohistoire celtique.

Deux grands axes chronologiques d’étude cohabitent (époque gauloise et époque antique) et génèrent une multitude de problématiques concourant toutes à la connaissance générale du site et de son histoire.
Des spécialistes de nombreuses disciplines sont donc impliqués dans le programme de recherche, dont les axes stratégiques sont définis et harmonisés par un comité scientifique en cours de constitution. Etude des pratiques religieuses gauloises et gallo-romaines, approche des pratiques guerrières celtiques, processus de romanisation de la Gaule septentrionale, recherches archéo-environnementales, études des céramiques protohistorique et antiques, recherches archéo-anthropologiques et archéo-zoologiques, étude des enduits peints et des fragments lapidaires, etc.
 
AnthropologueDe nombreux  spécialistes sont sollicités au titre du partenariat scientifique ou sous la forme de prestations pour conduire des études et analyses dont les résultats sont centralisés et exploités au sein du Centre archéologique. Les partenaires institutionnels et scientifiques concernés sont entre autres : Les équipes du CNRS, l’INRAP, le Service régional de l’archéologie (DRAC Picardie), les Universités françaises et étrangères (dont l’Université de Picardie en premier lieu), les services archéologiques des collectivités voisines, les associations (Centre d’étude des peintures murales romaines de Soissons, Centre interdisciplinaire de recherches archéologiques de la Somme, Centre de recherches archéologiques de la allée de l’Oise, etc).
Le Centre organise ou participe activement à des manifestations scientifiques régionales, nationales ou internationales pouvant prendre la forme de colloques, tables rondes ou journées d’étude, qui permettent notamment de communiquer les avancées de la recherche sur le programme de Ribemont-sur-Ancre et de les partager avec la communauté scientifique.

La diffusion des résultats et des interprétations archéologiques se traduit par la publication d’ouvrages, d’articles, de catalogues et d’actes de colloques, la tenue de conférences et de communications, l’organisation d’exposition ou de présentations thématiques, au sein de l’établissement ou en dehors de ses murs.

Médiation-valorisation

Afin de promouvoir sur son territoire l’archéologie en général et le site de Ribemont-sur-Ancre en particulier, le Centre s’attache depuis ses origines à accueillir le plus grand nombre pour médiatiser ses activités et leur portée concrète. Implanté en milieu rural, l’établissement représente un atout patrimonial fort pour le territoire, en particulier à l’appui du site archéologique exceptionnel qui en est indissociable. Plusieurs occasions de franchir les portes du Centre s'offrent dans l'année (voir la rubrique « Visiter le Centre »).

Les missions de conservation, de restauration, d’étude scientifique développées dans la structure illustrent tout un pan de l’activité archéologique, complémentaire de la fouille sur le terrain, de la valorisation muséographique, de la reconstitution expérimentale. Ce sont ses tâches que le Centre entend mettre en avant, révélant ainsi aux jeunes et aux moins jeunes, néophytes comme amateurs et passionnés, les équipements, méthodes et savoirs faire associés à ces disciplines. La rencontre avec les professionnels invite ainsi le visiteur à une immersion dans la vie du Centre.

L’établissement dispose depuis 2002 d’espaces d’exposition permanente, évoluant vers un outil d’interprétation du site archéologique. Les sélections d’objets gaulois et gallo-romains qui y sont présentés, ainsi que les ressources documentaires (photos du site et des fouilles, plans des structures, reconstitutions) et médias divers (maquettes, diaporama, etc.) permettent de mieux appréhender le site archéologique.  EXPOSITION ACTUELLEMENT EN REMANIEMENT.

En parallèle, des espaces modulables permettent de proposer des expositions temporaires au sein des locaux. La médiatisation du site hors du territoire est en outre assurée par le prêt régulier d’objets pour des expositions en France et à l’étranger. A l’échelle régionale, le partenariat privilégié entretenu avec le musée de Picardie permet à celui-ci de détenir une sélection des objets majeurs de la collection de Ribemont-sur-Ancre et d’assurer ainsi une vitrine touristique pour le site de Ribemont-sur-Ancre.


COMPOSITION DE L’EQUIPE

Poste vaccant
Directeur
 
Isabelle QUEYRAT
Gestionnaire des collections
 
Sylvie GERU
Secrétaire – assistante de direction
 
Jacqueline HADDADI
Agent de propreté

Nous contacter

contacter

Ecrivez nous

Le Centre